Indonesia Should Embrace a New ‘Revolution’ in Military Affairs

L'Indonésie devrait entreprendre une nouvelle « révolution » dans les affaires militaires

Après la fin de la guerre froide, et en particulier après la victoire de la coalition dirigée par les États-Unis dans la guerre du Golfe, les experts américains de la défense ont commencé à émettre l’hypothèse qu’une « révolution dans les affaires militaires » (RMA) avait eu lieu. Ils pensaient que l'utilisation de nouvelles technologies et d'une capacité étendue de traitement de l'information sur le champ de bataille avait contribué de manière significative à la victoire de la coalition contre l'Irak, qui n'était en aucun cas une puissance négligeable à l'époque.

Le concept de RMA a ensuite brièvement perdu de son élan au début du XXIe siècle avec la montée de la guerre asymétrique. Cependant, avec les récents progrès technologiques et la résurgence de conflits interétatiques de haute intensité, ces questions se posent : est-il temps de relancer les discussions sur ledit concept pour développer un « RMA 2.0 » ? Comment l’Indonésie devrait-elle s’adapter à ces changements en tant que pays confronté à de nouveaux défis de sécurité importants ?

Le monde a récemment été témoin d’une montée des tensions interétatiques. En Europe, le conflit russo-ukrainien, en cours depuis 2014 et dégénéré en guerre à grande échelle en 2022, ne montre aucun signe de résolution. Certains analystes prévoient même que la guerre pourrait aboutir à une impasse. Pendant ce temps, les tensions continuent de croître entre les États-Unis et la Chine dans la région indo-pacifique, alors que les deux pays s’efforcent d’exercer une influence, notamment en mer de Chine méridionale. Cela obligera les forces armées du monde entier à affiner leurs stratégies après des années de concentration sur la guerre asymétrique et les opérations de contre-insurrection.

Les progrès technologiques ajoutent également du poids à la situation. La guerre des drones pendant la guerre Arménie-Azerbaïdjan de 2020 a conduit les observateurs à s'attendre à ce que l'utilisation des drones définir l'avenir de la guerre. De plus, les acteurs non étatiques utilisent également de nouveaux moyens et méthodes. Par exemple, les Houthis au Yémen ont utilisé des drones et des missiles antinavires pour perturber le trafic commercial dans la mer Rouge. Compte tenu de ces évolutions, l’Indonésie doit s’adapter à l’évolution du contexte sécuritaire en renforçant ses capacités de défense afin de sauvegarder sa souveraineté.

Lorsqu'il s'agit de renforcer la puissance militaire d'un pays en se dotant de nouveaux moyens militaires, l'Indonésie ne manque pas d'initiatives. Le pays a signé des contrats pour acquérir des avions de transport Airbus A400M et des avions de combat Rafale. L'Indonésie est également impliquée dans le développement conjoint en cours du chasseur KF-21 Boramae avec la Corée du Sud et a récemment signé un contrat pour l'achat de deux sous-marins Scorpene Evolved. Ces initiatives renforceront probablement la puissance de feu et la capacité de projection de puissance de l'Indonésie.

Cependant, il est important de garder à l’esprit qu’une capacité de défense supérieure ne consiste pas uniquement à posséder une quantité importante d’actifs et de technologies – une idée fausse répandue parmi les passionnés de défense amateurs. Idéalement, l'adaptation de la doctrine devrait aller de pair avec des initiatives d'approvisionnement visant à maximiser l'efficacité des moyens militaires d'un pays.

C'est là que la notion de combat collaboratif entre en jeu. Semblable au RMA, ce principe souligne l’importance de prendre le dessus sur la capacité de traitement de l’information sur le champ de bataille, qui peut être utilisée par tous les moyens militaires dans un espace de bataille donné. Par exemple, un actif peut transmettre des informations à d’autres actifs, améliorant ainsi la connaissance globale de la situation. Cette approche intégrative bénéficierait clairement à l'Indonésie, avec sa gamme hétérogène de théâtres, qui comprend des zones urbaines, des forêts tropicales, des océans ouverts et des plans d'eau « bruns » (par exemple lacs et rivières).

Le combat collaboratif met également en évidence l’interconnectivité entre divers moyens et systèmes de défense, en particulier dans le domaine des technologies de l’information. Cela vise notamment à améliorer l’efficacité opérationnelle de divers moyens grâce à un système de commandement et de contrôle intégré. De cette manière, le combat collaboratif peut finalement minimiser les pertes humaines et matérielles tout en accomplissant ses missions.

Comme l’Indonésie exploite des plates-formes et des systèmes provenant de différents pays, le pays est confronté à des défis dans la mise en œuvre du principe de combat collaboratif en raison de problèmes de compatibilité potentiels. Néanmoins, l'Indonésie est déjà sur la bonne voie avec la création d'une holding d'industrie de défense, DEFEND ID, en avril 2022. Cette initiative permettra à l'industrie de défense indonésienne de produire des actifs adaptés aux besoins du pays tout en garantissant qu'ils peuvent fonctionner au sein d’un système intégré, jetant ainsi les bases de la promotion d’une approche de combat collaborative.

Par ailleurs, un développement notable s’est produit avec la récente signature de l’accord sur les sous-marins Scorpène. Dans le cadre de ce programme, le constructeur naval français Naval Group et PT PAL Indonesia, filiale de DEFEND ID, construiront conjointement le sous-marin Scorpène dans les installations de ce dernier à Surabaya, dans l'est de Java. Ce partenariat pourrait ouvrir des opportunités à l'industrie de défense indonésienne pour se lancer dans des projets similaires, renforçant ainsi les capacités de défense globales du pays, faisant converger ses systèmes et plates-formes militaires et, ce qui est tout aussi important, formant une économie résiliente aux défis de sécurité nationale, voire à la guerre, lorsque le la demande d’actifs de défense pourrait augmenter considérablement.

De tels programmes stratégiques démontrent également qu’il est essentiel que l’industrie de défense indonésienne choisisse ses partenaires avec soin. En effet, ce « RMA 2.0 » s’appuiera également sur la capacité de l’industrie de défense à fournir aux forces armées indonésiennes des équipements et des plateformes qui aideront ces dernières à mettre pleinement en œuvre le principe du combat collaboratif, afin d’atteindre la supériorité. sur les adversaires potentiels et pour protéger et défendre les intérêts souverains de l'Indonésie.

Tout bien considéré, il est temps pour l’Indonésie de reconnaître le fait que la simple accumulation de divers types de moyens de défense ne suffira pas à relever les défis de sécurité en constante évolution, si elle n’est pas accompagnée d’une refonte de sa stratégie de défense. Le pays devrait adapter sa doctrine militaire pour adopter ce qui pourrait devenir une nouvelle version d’une « révolution dans les affaires militaires ». Une telle initiative nécessite des efforts pour intégrer des plates-formes de combat collaboratif, ainsi que pour développer l'industrie de défense indonésienne afin de répondre aux demandes du pays en moyens militaires suffisants et adaptés.

Les opinions exprimées dans cet article sont personnelles.

A lire également