For Now, India Has a Limited Appetite for Diplomacy With Pakistan

Le test Agni-V de l'Inde : implications pour la stabilité stratégique régionale

Le 11 mars, le Premier ministre indien Narendra Modi tweeté que l'Inde avait testé avec succès un missile Agni-V équipé de la technologie MIRV (Multiple Independently Targetable Re-entry Vehicle). La technologie MIRV peut renforcer les capacités de contre-force indienne face au Pakistan.

De plus, le développement de la technologie MIRV parallèlement à d’autres programmes de progrès nucléaires en cours en Inde, comme les missiles hypersoniques et le système de défense antimissile balistique (BMD), contribue encore davantage à faire évoluer la posture nucléaire indienne, passant d’une riposte massive à une frappe préventive. Le développement de la technologie MIRV par l’Inde peut donc avoir des implications négatives sur la stabilité stratégique entre l’Inde et le Pakistan.

Qu'est-ce que l'Agni-V ?

Agni-V est un missile terrestre à capacité nucléaire avec une portée estimée à plus de 7 000 kilomètres, ce qui en fait un missile balistique intercontinental. Ce missile à combustible solide à trois étages a été testé pour la première fois par l'Inde en 2012, puis testé au fil des ans. Agni-V est un missile canisterisé, dans lequel une ogive nucléaire est couplée à un système de lancement qui réduit le temps nécessaire au lancement du missile.

La portée du missile couvre l'ensemble du continent chinois, y compris la côte est. En outre, l'Inde envisage de développer un Agni-VI missile nucléaire, qui aura une portée de plus de 10 000 kilomètres. L’Inde est déjà capable de couvrir toute la Chine grâce à l’Agni-V ; le développement de l'Agni-VI permettra à l'Inde de couvrir l'intégralité de l'Europe, l'Asie, l'Afrique, l'Océanie et certaines parties des États-Unis et du Canada.

Récemment, l'Inde a effectué l'essai en vol d'un missile Agni-V équipé de la technologie MIRV au large de l'île d'Abdul Kalam à Odisha dans le cadre du nom de code Mission Divyastra.

Qu'est-ce que la technologie MIRV ?

Développée au début des années 1960, la technologie MIRV permet à un missile de transporter plusieurs ogives nucléaires. Les missiles MIRVed ont la capacité de larguer des ogives à différentes vitesses et dans différentes directions, frappant des cibles aussi loin que possible. 1 500 kilomètres à part. Pour développer la technologie MIRV, les ogives nucléaires doivent être miniaturisées, équipées de commandes de guidage et de navigation indépendantes et libérées séquentiellement du système de lancement.

La technologie MIRV peut être utilisée aussi bien pour les missiles terrestres que pour les missiles maritimes. Ils sont particulièrement essentiels pour les missiles basés en mer en raison de la capacité limitée des sous-marins à transporter des missiles nucléaires : grâce à la technologie MIRV, un nombre accru de têtes nucléaires peut être déployé sans augmenter le nombre de missiles.

Un autre avantage du développement de la technologie MIRV est sa capacité à contrer les systèmes BMD. Le lancement de plusieurs ogives à partir du même missile, avec leurs trajectoires indépendantes, rend le travail de suivi et d’interception très difficile. Les pays développent ainsi la technologie MIRV pour contrer les systèmes BMD de leurs adversaires. Six pays dotés de capacités nucléaires ont développé la technologie MIRV : les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, la Chine, la Russie et Pakistan – et maintenant l’Inde est le septième ajout au club.

En plus d’être une mesure efficace contre les systèmes BMD, la technologie MIRV peut également être utilisée pour les options de première frappe et comme arme de contre-force puissante. Les MIRV augmentent de façon exponentielle le rapport de force pour une attaque en augmentant l'avantage numérique sur la force en défense. Un attaquant peut endommager de nombreuses forces défensives de l'adversaire en utilisant quelques-uns de ses missiles nucléaires. Ainsi, l’attaquant dispose d’une force importante pour dissuader une réponse.

De plus, les MIRV peuvent jouer un rôle important dans la destruction de cibles durcies en lançant deux ou plusieurs ogives contre une seule cible. Toutes les ogives frapperaient la cible dans un cercle de quelques kilomètres, les détruisant ainsi plus efficacement. Utiliser davantage de têtes nucléaires contre une seule cible est plus mortel que d’augmenter le rendement nucléaire de la tête nucléaire.

Le développement par l'Inde de la technologie MIRV est intéressant car son adversaire, le Pakistan, ne dispose pas de système BMD. De plus, même la Chine ne dispose pas d’un système BMD très avancé que l’Inde puisse percevoir comme une menace.

Le développement de cette capacité ne ferait qu’augmenter la capacité de contre-force indienne et contribuerait à l’évolution de sa posture nucléaire – d’une dissuasion minimale crédible à une guerre posture nucléaire. L'Inde développe et modernise déjà une gamme de contre-force armes, y compris les technologies de missiles modernes, les missiles hypersoniques, les systèmes BMD, les missiles supersoniques à double capacité et les capacités de renseignement, de surveillance et de reconnaissance (ISR).

Implications pour la stabilité indo-pakistanaise

Auparavant, il y avait non confirmé rapporte que l'Inde a effectué un test MIRV pour son missile à moyenne portée Agni-P, doté d'un gamme de 1 000 à 2 000 kilomètres et peut atteindre des cibles n'importe où au Pakistan. Cependant, avec l'annonce officielle du 11 mars, il a été confirmé que l'Inde avait développé la technologie MIRV, qui peut être utilisée pour d'autres missiles de la série Agni, dont l'Agni-P. L'Inde a déjà intégré l'Agni-P dans son inventaire de missiles.

Agni-P, un missile indien spécifique au Pakistan, présente une erreur circulaire probable d'à peine 10 mètresle rendant capable de destdes silos mobiles, des centres de commandement et de contrôle, des installations souterraines et des bases de missiles stratégiques. Agni-P dispose de la dernière technologie, qui a été intégrée pour la première fois à Agni-V : la mise en boîte d'ogives nucléaires pour s'accoupler au missile afin de réduire son temps de lancement. De plus, la capacité de canonisation et de lancement rapide augmenterait la capacité de l'Inde à lancer une première frappe contre un adversaire.

Le développement de la technologie MIRV n’a fait qu’éroder davantage la crédibilité de la doctrine indienne de non-utilisation en premier, renforçant ainsi la perception selon laquelle New Delhi s’oriente vers une posture globale de première frappe et de guerre nucléaire. Cette évolution va à l’encontre de la doctrine déclaratoire indienne et constitue une autre preuve de l’écart entre la doctrine opérationnelle indienne et la doctrine proclamée.

Cela peut accroître la perception de menace nucléaire au Pakistan et l’obliger à prendre des mesures pour maintenir la stabilité dans la région. Cette évolution incite le Pakistan à moderniser sa propre force nucléaire en développant une capacité de seconde frappe garantie visant à accroître la capacité de survie de ses forces nucléaires. En outre, le Pakistan peut envisager de développer des missiles hypersoniques, des technologies ISR plus performantes et d’autres plates-formes avancées pour équilibrer qualitativement les développements indiens. L'évolution de l'Inde vers une stratégie de ciblage de contre-forces et une doctrine préventive ne fait qu'augmenter les risques d'utilisation intentionnelle ou involontaire de l'arme nucléaire dans la région.

A lire également