Uzbekistan Supreme Court Issues Ruling on Karakalpakstan Appeals

Un militant du Karakalpak privé de la citoyenneté kazakhe

Neitbay Urazbayev, un militant karakalpak basé au Kazakhstan, semble s’être vu retirer la citoyenneté kazakhe.

Ni l’un ni l’autre Kazakhstan ni Ouzbékistan reconnaît la double nationalité. Pour obtenir la citoyenneté kazakhe, une personne doit renoncer formellement à sa citoyenneté antérieure. La loi ouzbèke, quant à elle, stipule que le l’acquisition de la citoyenneté étrangère déclenche une perte de la citoyenneté ouzbèke, mais oblige l’individu à le signaler aux autorités et la perte de la citoyenneté est documentée dans un décret présidentiel.

Selon le Bureau international des droits de l’homme du Kazakhstan (KIBHR)Citant Vitaly Ponomarev, directeur du programme Asie centrale du Centre des droits de l’homme (HRC) Memorial, Urazbayev a reçu le mois dernier un document du département du service des migrations de la police de la région de Mangistau. Le document indique qu’une inspection a déterminé que le certificat présenté par Urazbayev aux autorités kazakhes en 2017 – qu’il avait obtenu du consulat ouzbek après avoir remis son passeport – était « invalide et contrefait ». Selon l’avis, le consul général d’Ouzbékistan à Aktaou, répondant à une demande d’informations d’octobre 2023, a affirmé qu’Urazbayev « n’a pas postulé conformément à la procédure établie par la loi sur la question de la renonciation et de la perte de la citoyenneté de la République de Ouzbékistan. L’avis indiquait en outre qu’il n’y avait aucune information sur un décret présidentiel concernant la perte de la citoyenneté ouzbèke.

En termes simples : les autorités ouzbèkes ont déclaré aux autorités kazakhes qu’Urazbayev n’avait jamais officiellement renoncé à sa citoyenneté ouzbèke et, par conséquent, les autorités kazakhes ont révoqué sa citoyenneté kazakhe.

Selon Vlast.kz, Urazbayev a été informé par la police locale le 6 octobre qu’il avait été inscrit sur une liste de personnes recherchées au Karakalpakstan – ce à quoi il a répondu en déclarant qu’en tant que citoyen kazakh, les autorités du pays devaient protéger ses droits. Le 12 octobre, une demande a été adressée au consul d’Ouzbékistan à Aktaou, ce qui semble avoir conduit à l’avis mentionné ci-dessus privant Urazbayev de la citoyenneté kazakhe.

Urazbayev a déclaré à HRC Memorial que les informations du consulat ouzbek n’étaient pas fiables et constituaient un « outil de pression ».

Urazbayev est né au Karakalpakstan mais vit au Kazakhstan depuis 2004. Il dirige le centre ethnoculturel du Karakalpak « Allayar Zholy » à Mangystau. En 2016, selon le KIBHR, il a demandé à renoncer à sa citoyenneté ouzbèke et, en 2017, il a reçu l’approbation, après quoi il a demandé la citoyenneté kazakhe.

Plus tôt cette année, Urazbayev a été condamné par contumace par un tribunal ouzbek pour tentative de perturbation de l’ordre constitutionnel, organisation de troubles de masse, distribution de documents et menace à la sécurité publique en relation avec les manifestations massives de l’été dernier à Noukous, la capitale. de la République de Karakalpakstan. Urazbayev n’était pas physiquement présent au Karakalpakstan lors des manifestations, mais il s’est prononcé contre le projet de constitution controversé proposé, qui effaçait la souveraineté du Karakalpakstan. La proposition a été rapidement abandonnée après les manifestations.

Urazbayev a été condamné à 12 ans de prison tandis qu’un autre Karakalpak en exil, Aman Sagidullayev – qui bénéficie de l’asile politique en Norvège – a été condamné à 18 ans de prison, également par contumace.

En mai, il a déclaré Le diplomate« J’ai peur d’être secrètement envoyé en Ouzbékistan. La frontière ouzbèke est très proche de chez moi.

En septembre dernier, les autorités kazakhes avaient arrêté cinq militants karakalpaks au Kazakhstan, tous citoyens ouzbeks. Alors qu’ils ont depuis été libéréschacun après une année complète de détention, les autorités ont demandes d’asile refusées de certains – et on peut s’attendre à ce qu’il en soit de même pour le reste.

Urazbayev, a rapporté le KIBHR, a déclaré que lui et son avocat avaient l’intention de faire appel de la décision de la police des migrations. La privation de la citoyenneté kazakhe présente un risque évident qu’Urazbayev soit arrêté comme l’ont été les autres militants du Karakalpak, mais son sort pourrait diverger puisqu’il a déjà été condamné en Ouzbékistan.

A lire également