India’s Puzzled Military Industrial Complex

Le complexe militaro-industriel indien perplexe

En mars 2024, l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI) a publié son rapport annuel sur les transferts internationaux d'armes pour 2023. Les listes très attendues d'exportateurs et d'importateurs du SIPRI ont soulevé une sérieuse question quant aux grandes prétentions de l'Inde concernant son complexe militaro-industriel en pleine croissance.

Selon les données du gouvernement, Exportation d'armes de l'Inde pour l'exercice 2023-24, il a atteint 210,8 milliards de roupies (environ 2,5 milliards de dollars), soit une augmentation de 32,5 % par rapport aux 159,0 milliards de roupies de l'exercice 2022-23. Selon le rapport 2021 du SIPRI, l'Inde est entrée dans le club des 25 premiers exportateurs d'armes, atteignant 23ème place. Le succès des exportations d'armes a alimenté l'espoir de l'Inde de réduire sa dépendance à l'étranger tout en promouvant l'industrie d'armement nationale pour répondre aux besoins militaires des forces armées indiennes et des pays étrangers amis.

Cependant, malgré l'augmentation des exportations d'armes, l'Inde a été retirée de la liste des 25 principaux exportateurs d'armes selon le rapport du SIPRI. Rapport 2022 et est également resté en dehors du groupe en 2023.

Pendant ce temps, l’Inde conservait toujours sa position de premier principal importateur d'armespartageant 9,8 pour cent des importations globales entre 2019 et 2023. De plus, les importations de l'Inde ont en fait augmenté de 4,7 pour cent entre 2014-18 et 2019-23.

Le dernier rapport du SIPRI montre deux tendances importantes dans l'acquisition d'armes par l'Inde : l'augmentation des importations de défense, malgré plusieurs politiques et initiatives visant à réduire la dépendance étrangère, et une augmentation du nombre de partenaires importateurs d'armes de l'Inde.

Depuis 2020, le gouvernement indien a pris de multiples initiatives pour réduire la dépendance de l'Inde en matière d'armements à l'égard de ses partenaires étrangers. Atmanirbhar Bharat et les procédures d'acquisition de défense (DAP) figuraient parmi les principales mesures prises par le gouvernement pour promouvoir la fabrication d'armes nationales. La politique de promotion des exportations sous la vision d'Atmanirbhar Bharat a fixé un objectif ambitieux consistant à établir une industrie d'armement nationale digne d'intérêt. 25 milliards de dollars d'ici 2025.

En formalisant le DAP en 2020, l’accent a été mis sur l’achat d’armes auprès de vendeurs nationaux dans la catégorie Indian-IDDM (Indigenously Designed, Developed and Manufactured), avec au moins 50 pour cent de contenu autochtone. Pour poursuivre l’autonomie dans la fabrication de défense, le Département des affaires militaires (DMA) publie depuis 2020 des listes d’importations négatives ou Listes autochtones positives (LIP) d'armes, de plates-formes, de systèmes et de munitions majeurs, pour imposer un embargo sur leurs importations et accélérer leurs productions nationales dans un délai réglementé. Jusqu'à présent, cinq listes contenant 509 éléments ont été publiées par le DMA.

Ces initiatives ont même porté leurs fruits mais pour une durée limitée, lorsque L'Inde a décroché la 23e place dans la liste des principaux exportateurs d’armes au cours de l’exercice 2021-22. Dans Exercice 2022-23Cependant, l'Inde n'a pas pu maintenir sa position et a été retirée de la liste des 25 principaux fournisseurs. Importation d'armes de l'Inde a également augmenté, passant de 9,1 pour cent des importations mondiales totales d’armes au cours de la période 2014-18 à 9,8 pour cent en 2019-23.

Actuellement, les fournisseurs indiens ne disposent pas de la technologie et des compétences innovantes nécessaires pour développer et améliorer des armes de qualité. Ces tendances suscitent de sérieuses inquiétudes quant aux grandes revendications de l'Inde et mettent en évidence la mauvaise situation de ses fabricants nationaux. Faible capacité de production le respect des délais stipulés et l'assurance qualité constituent des défis majeurs, outre la rude concurrence des fournisseurs étrangers. Les armes de faible technologie présentant des problèmes techniques et mécaniques ne seront probablement pas attrayantes, ni pour l’Inde ni pour les forces armées étrangères.

L'augmentation des importations d'armes malgré plusieurs initiatives visant à indigéniser l'industrie de défense indienne devrait nous inciter à repenser et à réévaluer les politiques existantes pour combler les lacunes.

Les transferts d’armes jouent un rôle clé dans l’élaboration des politiques étrangères et la garantie des intérêts nationaux. L’Inde est connue pour sa tradition d’importation d’armes de sources multiples. En tant que principaux fournisseurs d’armes, l’ordre international bipolaire qui prévalait pendant la guerre froide a permis aux États-Unis et à l’Union soviétique de dominer la politique étrangère de leurs bénéficiaires. Le recours de l'Inde à d'autres options pour l'approvisionnement en armes, qui remonte à l'époque de la guerre froide, s'est poursuivi jusqu'à présent. La prise de décision de l'Inde en matière d'acquisition d'armes a été couplée à l'adoption d'une stratégie de non-alignement pendant la guerre froide vers une stratégie de « tout alignement » sous le concept général d'autonomie stratégique à l'époque actuelle.

Diversification des armes Les partenaires commerciaux étaient la pierre angulaire de la politique indienne et restaient une option favorable pour saper l'hégémonie ou la domination politique des fournisseurs. En termes de pourcentage de part d'exportateur, l'Inde figurait parmi les trois principaux destinataires de chacun des cinq principaux fournisseurs de la liste des 25 principaux exportateurs entre 2014 et 2018. L'Inde représentait 31 pour cent des exportations de la Russie, 30 pour cent de celles de la France, 13 pour cent de celles de la France. La Corée du Sud, 37 pour cent de celle d'Israël et 15 pour cent de celle de l'Afrique du Sud. Durant la période 2019-23, l'Inde recevait des armes de sept grands exportateurs : la France (l'Inde représentant 29 pour cent des exportations totales de la France), la Russie (34 pour cent), Israël (37 pour cent), la Corée du Sud (15 pour cent), l'Ukraine (11 pour cent), l'Afrique du Sud. (13 pour cent) et la Pologne (0,6 pour cent). L'augmentation de 4,7 pour cent des importations d'armes de l'Inde a vu l'arrivée de l'Ukraine et de la Pologne comme des options émergentes.

Bien que la diversification ait maintenu l'autonomie stratégique de l'Inde dans la politique étrangère et la prise de décision en matière d'acquisition d'armes, cette politique a également créé un déficit de confiance parmi ses partenaires importateurs tels que les États-Unis. Pour établir un complexe militaro-industriel solide, l’Inde n’a pas seulement besoin d’équipements mécaniques, mais plutôt de technologies sophistiquées et de capacités d’innovation dans lesquelles les États-Unis jouissent de la suprématie sur tous les autres fournisseurs.

Les États-Unis et l’Inde ne sont pas des alliés militaires formels mais des partenaires stratégiques confrontés à des défis et à des opportunités communs. En 2016, les États-Unis ont étendu à l’Inde le statut de Partenaire majeur de la Défense (MDP), qui permettrait à l'Inde de bénéficier des avantages d'une technologie d'armement sophistiquée habituellement offerte uniquement aux alliés formels des États-Unis et aux partenaires de l'OTAN.

Pourtant, en raison de la diversification – en particulier du commerce d'armes entre l'Inde et la Russie – les États-Unis se montrent réticents à partager leur technologie avec des entreprises indiennes. C'est probablement la principale raison qui explique échec de l’Initiative sur le commerce et la technologie de la défenseune initiative ambitieuse lancée par le vice-secrétaire américain à la Défense Ashton Carter en 2012 pour promouvoir la coopération en matière de défense et le transfert de technologie tout en garantissant la coproduction et le co-développement d'armes en Inde.

L’Inde s’est montrée prudente quant à son image mondiale, ce qui dicte également sa politique étrangère afin d’éviter une dépendance excessive à l’égard de son partenaire traditionnel. L’Inde cherche à rester neutre et à poursuivre librement ses intérêts stratégiques et nationaux. L’autonomie stratégique est sans aucun doute la meilleure option pour l’Inde ; cependant, avoir trop d’options crée des problèmes de confiance avec les partenaires potentiels, ce qui entrave la coopération stratégique et technologique. Dans la prise de décision en matière d’acquisition d’armes, l’Inde doit prendre en compte ces questions tout en mettant à nouveau l’accent sur ses politiques visant à équilibrer les diverses approches afin d’établir un complexe militaro-industriel efficace.

A lire également